Histoires des femmes Fairtrade dans le Sud

Les productrices et travailleuses sont souvent confrontées à des défis plus importants que les hommes, lorsqu’il s’agit de gagner un salaire juste, de posséder des terres ou de participer aux décisions dans leurs coopératives ou communautés. Mais, elles prennent sans cesse une position plus importante au sein du système Fairtrade, où, c’est un fait, il y a beaucoup plus de femmes aux postes de décisions, qui, elles-mêmes, prennent l’initiative pour obtenir un revenu supplémentaire.

Vous pouvez lire ici les histoires de quelques femmes fortes au sein de Fairtrade !

Ronah est de bon conseil

« Les femmes du villages viennent me voir pour que je les conseille sur la meilleure manière de prendre soin de leurs caféiers. Elles ont réalisé que mon travail n’est pas réservé qu’aux hommes ! » En Papouasie-Nouvelle-Guinée ce sont d’ordinaire les hommes qui s’occupent du café. Ronah Peve prouve que cela peut changer. Elle travaille pour la coopérative de café certifiée Fairtrade « Highland Organic Agriculture Cooperative ». Si traditionnellement sa fonction devrait être exercée par un homme, elle travaille chaque jour à mettre fin à ces préjugés.  

Ratree, une femme qui entreprend

Ratree Chothipan produit du riz certifié Fairtrade. Elle est membre depuis 2006 de la coopérative thaïlandaise OJRPG. La récolte se fait une fois par an. Pendent environs dix jours, elle travaille alors d’arrache-pied avec le support de quatre personnes pour récolter tout le riz. Ratree est une femme qui aime entreprendre. Au travers de la prime Fairtrade elle a pu financer l’achat de vaches, de buffles et d’un tracteur.

Elle dispose également d’un revenu additionnel grâce à la vente de noix de cajou et de poisson. En plus de tout cela, elle cultive ses propres légumes dans son grand potager.

Khun - Une femme au tempérament de feu

Khun Orapin vit avec ses trois fils adultes et son mari Sukon à Sisaket, dans le Nord de la Thaïlande. Elle cultive des piments certifiés Fairtrade mais avant, elle était marchande en piments. Exaspérée par la quantité d’intrants chimiques utilisés dans la culture de ces piments, Khun s’est mise à cultiver ses propres piments, en utilisant des méthodes beaucoup plus respectueuses de l’homme et l’environnement.

Aujourd’hui, Khun est membre du « Sisaket Fairtrade Farmer Group ».

Kathy, un traductrice pour ses collègues

En 2013, Kathy Kouakou s’est vue recevoir de son père une parcelle de terre pour y cultiver du cacao. Elle est membre de la coopérative de cacao SCAEK en Côte d’Ivoire. Kathy se procure des revenus additionnels grâce à la culture de bananes et de piments. Étant une mère célibataire, elle a l’habitude de prendre ses décisions seule. L’année dernière, Kathy a participé à un cylce de formation au « Women’s School of Leadership » de Fairtrade Africa.

Ce programme lui a permis de renforcer sa position au sein de la coopérative. Lors des formations, une de ses fonctions est de traduire les propos des formateurs dans la langue locale des participants.

Jacinta – Œuvre à la réalisation de son rêve

Cela fait six ans que Jacinta Carrasco Santander est membre de la coopérative de producteurs de bananes Asoguabo en Équateur. Grâce à la vente de ses bananes aux conditions Fairtrade, elle a pu améliorer son quotidien. La prime Fairtrade lui a notamment permis de financer les études de sa fille. Jacinta a également obtenu un financement pour construire sa propre maison. Elle espère que la construction sera achevée cette année.

Lorsque sa maison sera terminée, elle invitera famille et collègues pour fêter l’événement. Mon rêve se sera alors réalisé, dit-elle.

en savoir plus:

PROJETS SUR LE GENRE AU SEIN DE FAIRTRADE

en savoir plus

Le commerce équitable, un levier pour les droits des femmes

en savoir plus